Peut-on collaborer par derrière ?

Marionnettes

Oui !

C’est le seul moyen d’éviter la farce du face-à-face enrichissant, l’œcuménisme souriant des points de vue, les longs bâillements démocratiques. Ah ! si tous les gars du monde voulaient se montrer le derrière… celui des femmes impolies aussi, pourvu qu’il rebondisse, allèche, convoque, réquisitionne… Le derrière est le siège de l’arbitraire, son propre centre de gravité, trop physique pour transiger, trop rond pour donner prise, trop gros pour lui tout seul. Cette posture arriérée explique ma collaboration :

et mon apparition incongrue dans :

et ma convocation de quelques artistes cruellement belges pour :

«Toute cruauté est-elle bonne à dire ?» (2009)